Nous avions prévu une opération dont le but était de mettre en valeur l’œuvre de l’avionneur Max HOLSTE, l’année du vingtième anniversaire de sa disparition.
S’il a apporté des progrès majeurs et pourtant méconnus du grand public dans l’aérodynamique, sa célébrité vient du MH 1521 BROUSSARD et de son successeur baptisé au fil de l’étude, des partenariats et de sa réalisation, le Super Broussard, le MH 250, 260, et enfin Nord 262.
L’histoire de l’avionneur, de ses projets, de ses réalisations est passionnante, mais ce n’est pas le propos de ce que le Groupement Pierre POUYADE des Vieilles Tiges a orchestré samedi dernier.
L’aboutissement de ce travail et des partenariats mis en place à cette occasion feront l’objet d’une exposition majeure, fin 2019 ou début 2020, selon notre calendrier.
L’idée était de rassembler quelques Broussard à accueillir sur la plateforme de Cuers, de tenir une cérémonie devant la tombe de l’avionneur située au cimetière d’Hyères selon le protocole établi pour ce type d’occasion, avec dépôt de plaques, de gerbe, salut au drapeau, prises de paroles et Marseillaise, Max Holste étant chevalier de la Légion d’Honneur et titulaire de la Médaille de l’Aéronautique, le tout avec un survol de Broussard au moment de cette cérémonie.
N’ayant pas de budget pour cette opération, il était hors de question de financer le carburant des avions qui allaient venir.
Après de longues recherches, des contacts avec des propriétaires, des associations, deux Broussard donnent finalement leur accord pour venir gracieusement.
L’un, le 187, F-AZQN, basé à Saint-Yan, propriété de Nostalgic’Aéro, se trouve avoir été le dernier en service à l’Atelier Industriel de l’Aéronautique de Cuers. Il est resté aux mêmes couleurs, et remis en excellent état. Je me suis bien gardé de le dire à son dernier pilote, invité à cette fête, qui y est allé de sa larme, après une visite digne d’un examen préalable à un Certificat d’Approbation pour Remise en Service d’Aéronef !
L’autre, le 299, F-GHUO, propriété d’Erin Leslie, un australien vivant à Hong-Kong ou il est CdB sur A 350 à Cathay Pacific Airlines, est basé à Cambrai. Il est en parfait état et était en stand by pour venir dès mercredi dernier.
Las ! La météo de Cambrai ne nous a pas été favorable : QGO pendant 3 jours, il a été impossible de décoller à temps. Rendons hommage à Erin qui a pris la décision de renoncer : c’est à ce type de décision qu’on reconnaît un vrai pilote.
Il a pris la ligne pour venir malgré tout participer à la fête avec Nathalie son épouse.
Thank you so much, Erin !

Vendredi après-midi, nous attendions le F-AZQN à Cuers vers 15h30. À 15h15, coup de téléphone : nous nous sommes posés à Vinon, panne de VHF.
Mais il y avait une VHF de poche à bord, après des hésitations, un examen précis de la situation, mise en route à 19h 10 et arrivée à 19h30 !
Depuis un mois et demi, les négociations allaient bon train avec le contrôle de la BAN et la préfecture afin d’obtenir les autorisations d’un vol avec passage à la verticale de la tombe.
Si les relations ont été aussi carrées et efficaces que cordiales avec l’Aéronavale et ses contrôleurs, ce fut plus compliqué avec l’administration préfectorale, ou les interlocuteurs dont je tiens à souligner la courtoisie et le désir de nous aider, sont en butte à des difficultés matérielles et une complexité « réglementaro-sécuritaire » dont la solution se trouva dans la recherche d’un plan B.
Plan B dont l’étude fut menée avec l’inestimable concours de Pierre Crozet, GBA (2s), pilote de du « Noratlas de Provence » et instructeur a Cuers.
Là encore, nous nous sommes entendu avec le contrôle d’Hyères entre gens de bonne volonté, et avec le professionnalisme de Pierre qui fut une caution irréfutable.La proposition consistait a descendre plein sud de Cuers hors de toute terre habitée, de faire un passage Ouest-Est au dessus d’une colline également vierge et de repartir route inverse.
Le professionnalisme avec lequel notre cher Général a mené l’opération avec la Tour de Contrôle et la bienveillance attentive de celle-ci lui a permis d’obtenir de la répéter … quelques fois.

 

 

 

Pendant ce temps là, toutes les personnes présentes au cimetière se sont régalées, émues, d’assister à ces passages.

 

Vint ensuite la cérémonie par elle-même. Marc Servant présente le déroulement de la cérémonie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hubert Challe effectue un bref rappel de l’apport de Max Holste à l’aéronautique française

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos amis les porte-drapeaux (de gauche à droite) Le caporal-chef Viviane Pomiès, porte-drapeau de l’Association de Soutien à l’Armée Française, le commandant Jean Fontanaud de l’Association Nationale des Officiers de Réserve de l’Armée de l’Air, André Herzog , caché derrière le drapeau du groupement Pierre Pouyade des Vieilles Tiges, Marcel Gaymard , porte-drapeau de l’ Amicale des Anciens Marins d’Hyères, Monsieur Prouteau porte-drapeau de l’Union Nationale des Anciens de l’ALAT (ancien mécanicien Broussard), Christian Dame, porte-drapeau de l’Amicale des Anciens de la Légion Étrangère, et le capitaine de vaisseau Pierre Clary, porte-drapeau du groupement Saint-Exupéry des Vieilles Tiges.

 

Des plaques ont été déposées, par Jean-Pierre Holste d’abord, au nom de sa famille,

puis par François Pelletier, Président des Vieilles Tiges de Lyon accompagné d’Émilie, une jeune boursière de son groupement

 

Vint ensuite le dépôt de la gerbe du groupement Pierre Pouyade des Vieilles Tiges effectué par
Marc Servant accompagné de Monsieur Tatibouet, Directeur de la Sécurité de l’Aviation Civile du
Sud-Est, en compagnie du Jeune Max Holste, arrière petit neveu du constructeur.

Le général Hubscher, Président du Comité de Coordination Hyèrois des Associations Patriotiques a
commandé aux Morts suivi d’une minute de silence.
La cérémonie s’est terminée par la Marseillaise chantée a capella.

La parole a ensuite été donnée au capitaine de frégate Fabrice Risani qui représentait le contre-amiral Guillaume Goutay, commandant la Force de l’Aéronautique Navale et le capitaine de vaisseau Frédéric Bordier commandant l’Aéronautique Navale d’Hyères.
Monsieur Yves Tatibouet , Directeur de la Sécurité Aérienne Civile du Sud Est, a également pris la parole en son nom et au nom de Monsieur Patrick Gandil, Directeur Général de l’Aviation Civile, qu’il représentait en soulignant l’importance du devoir de mémoire pour la DGAC.
Le salut aux porte-drapeaux a été effectué par le président Marc Servant, Le Directeur Yves Tatibouet et le CF Fabrice Risani.
Marc Servant a remercié :
Yves Tatibouet, le Directeur de la Sécurité de l’Aviation Civile du Sud Est
le capitaine de frégate Fabrice Risani, COMAEQ de la BAN d’Hyères, ancien pilote de N 262
Edouard Suilva, le spécialiste de la DGAC des archives des avions Max Holste, qui est intervenu l’après-midi
les Présidents d’associations,
les porte-drapeaux,
VAR-MATIN, et particulièrement Laury Holste journaliste de ce quotidien
Erin Leslie et l’ensemble des participants.
Et bien sûr, les photographes F.Holste Ph. Holste, V.isaac, M. Ero.
Erin Leslie, notre ami qui n’a pas pu décoller de CAMBRAI pour cause météo, nous a fait la gentillesse de venir malgré tout et nous a dit :
« I’ll be back!

A l’issue de cette belle cérémonie, ceux qui étaient disponibles ont pris la route de l’aérodrome de
Cuers pour retrouver le Broussard, son équipage, et continuer la journée par un déjeuner ou les
retrouvailles émouvantes l’ont disputé aux échanges de souvenirs entre anciens du Broussard, et du
N 262, qu’il soient militaires ou civils, dans une ambiance particulièrement chaleureuse.
Des vidéos ont été réalisées, les conditions de lumière et de bruits d’ambiance n’étaient pas idéales
mais certains témoignages constituent de passionnants et incontestables documents.
Lorsque le montage sera effectué, vous en serez tenus au courant.
Ce modeste document a pour but de se souvenir de cette belle journée, mais aussi de remercier
chaleureusement tous ceux qui d’une manière ou d’une autre ont fait que cet évènement a eu lieu.