• Legion Honneur Officier ribbon.svg Officier de la Légion d’honneur
  • Ordre national du Merite Commandeur ribbon.svg Commandeur de l’ordre national du Mérite
  • Medaille de l'Aeronautique ribbon.svg Médaille de l’Aéronautique
  • Médaille d’Or des Vieilles Tiges 2009, il était membre du groupement parisien Léon CUFFAUT

Il vient de nous quitter, 3 jours après son 91ème anniversaire…

Nous partageons la peine de la famille de Jean-Marie SAGET, et lui adressons nos plus sincères condoléances

Son père lui avait fait découvrir le planeur. Il intègre l’École de l’Air ou il vole sur Flamant, et part en formation chasse aux États-Unis.

Il y sera macaronné pilote de chasse dans la promotion 52 A, avec d’autres futures Vieilles Tiges comme lui, entre autre Bernard NOVAT et Bruno CHALLE.

Avec quel avion le présenter ?

Il a volé sur tant de machines d’exception, du P 51 de son macaronnage au Mirage 4000, en passant par le Balzac et autres…

Le choix de l’Alpha Jet s’explique par  deux raisons:

-Il permet de mettre en exergue le professionnalisme et le souci de l’autre:

Alors qu’il présentait cet avion à l’état-major de l’Armée de l’Air Égyptienne, à l’heure la plus chaude de la journée et avec un pilote Égyptien comme équipier, extinction des deux Larzac en dernier virage…

Son premier réflexe fut d’éjecter le passager, et immédiatement, il s’arrangea pour poser l’appareil, non sans quelques dommages, il est vrai. (mais on était là pour le vendre! me dira-t-il plus tard) Le contrat fut effectivement signé.

-Il me donne l’occasion de raconter une anecdote personnelle pour illustrer la manière dont il aimait partager sa passion.

Apprenti pilote débutant à Nangis ( 4 ou 5 heurs de vol) il me propose de faire le sac de sable lors d’un des premiers vols d’entrainement pour ce qui deviendra plus tard la patrouille de Nangis.

Quelques temps après, il arrive au club au moment ou je me préparais à partir après une leçon en fin de journée. Tiens, regarde ce que j’ai fait aujourd’hui ! Et il sort de sa sacoche une série de photos fabuleuses d’un Alpha Jet dans les configurations de vrille les plus impensables, avec des fumigènes de couleurs différentes… j’ai pris ce jour-là, humble apprenti pilotaillon du dimanche, une fantastique leçon sur la perte de portance dissymétrique par un Maître es qualité dont c’était la passion.

A 86 ans, il se « retournait la crêpe » trois jours par semaine pour enseigner cette figure à de nombreux élèves en CAP 10.

Professionnel hors du commun, il avait l’humilité de transmettre sa passion et ses conseils éclairés à des amateurs…

So long, J.M.S. et merci pour tout…..

Le Capitaine Alexandre Orlowski, Champion du monde de voltige individuel et par équipe, exprime sa reconnaissance envers Jean-Marie Saget

Publié le 8 janvier 2017 :

Passion, rigueur, humilité, partage. Quatre mots qui de nos jours sont régulièrement vidés de leurs sens ou peuvent sonner comme désuets ; et pourtant…

Véritable moteur dans la durée, gage de persévérance, de motivation et de plaisir, la passion constitue la substance et donne du sens à nos actes. Rigueur et humilité sont les carburants de la progression, de l’évolution, de la maîtrise du risque, permettant de tendre vers l’excellence. Le partage est cette ligne de vol, cette trajectoire nous reliant de manière intemporelle ; permettant la transmission, la circulation de la connaissance, du savoir,  de manière ininterrompue et ceux depuis que les premiers pionniers ont voulu Appréhender le Vol en Imitant l’Oiseau Naturel. Telles sont les valeurs portées par Jean Marie Saget, homme hors du commun, dont la personnalité et la carrière à elles seules, permettent de mesurer le poids et le sens de ces mots. Valeurs qu’il s’évertue à transmettre, à partager avec passion, rigueur et humilité, sans relâche, au travers de cet art du pilotage qu’est la voltige aérienne. Valeurs reprises à l’unisson par l’ensemble de l’équipe de l’Aéroclub Marcel Dassault Voltige. Valeurs qui m’ont été transmises, valeurs qui m’ont portées, guidées vers les lauriers de la récompense et pour lesquelles jamais je ne cesserai d’être reconnaissant.

Alexandre Orlowski

Champion du Monde de voltige et d’Europe, individuel et par équipe ;

Pilote de chasse, chef de patrouille ;

Formations initiale, élémentaire et avancée à la voltige réalisées au sein de l’Aéroclub Marcel Dassault Voltige de Nangis, membre de cœur.

Le Lieutenant Colonel Claude SAGET, son fils, nous a fait l’amitié de nous transmettre les documents qui suivent:

  • Son carnet de vol,

  • une biographie succincte émanant de la société DASSAULT

  • Deux photos, prises la première dans la zone d’Istres le 25 février 1982 pour les 10 000 heures de vol de son père; l’autre le 18 avril 2015 dans le ciel de Nangis pour ses 20 000 heures de vol.

A chaque fois, c’est une patrouille serrée où le père est leader et le fils ailier.

On imagine l’émotion des deux  dans de telles circonstances.

Carnet de Vol résumé de Jean-Marie SAGET :

Total général des heures de vol : 21 622 h et 46 087 atterrissages aux commandes de près de 300 aéronefs et versions différentes 1er vol le 14 novembre 1946 – dernier vol officiel le 28 décembre 2017
Monoréacteurs :
Vampire 1, V, 6 et DH 115 : 380 h
Ouragan : 374 h
Mystère II : 37 h
Mystère IVA, IVB, IVN : 116 h
SMB1, SMB2 : 290 h
Mirage III, 5 et NG : 922 h
Mirage F1 : 666 h
Mirage F2 : 35 h
Mirage G : 45 h
Etendard IV, IVM, IVP, VI : 754 h
Super Etendard : 67 h
Mirage 2000 : 315 h
Verticaux :
Balzac : 12 h 20 en 72 vols…
Mirage IIIV : 18 h
Biréacteurs :
Alphajet : 901 h
Jaguar : 137 h
Mirage IV, IVA, IVP : 258 h
Mirage G8 : 153 h
Mirage 4000 : 129 h
Multiréacteurs de transport :
Atlantic 1 et Atlantique 2 : 638 h
Mystère 10 : 82 h
Mystère 20, Falcon 200 : 816 h
Mystère 50 : 96 h
Falcon 900 : 607 h
Mercure : 21 h

Monomoteur principal :
Cap 10B : 7657 heures !

10 000h heures de vol, Istres, le 25 Février 1982

20 000heures de vol le 18 avril 2015 (le jour de la Saint Parfait !) à NANGIS

Témoignage d’un ami, chef ops d’une unité prestigieuse de l’Armée de l’Air:

Il m’a enseigné la voltige sur CAP 10 en 2005 et j’en garde un souvenir des plus enthousiasmants.

Il est certain qu’il a contribué à ma réussite en tant que pilote de chasse, je lui dois une fière chandelle (ou peel-off, qu’il appréciait particulièrement en retour au terrain !)

Pensées et condoléances à ses proches en ces moments douloureux.

Mes amitiés à ceux qui le connaissaient.

C’est un grand homme, reconnu pour sa rigueur, sa modestie et son attention particulière aux autres qui vient de nous quitter. Jean-Marie Saget, ancien chef pilote d’essai de Dassault Aviation, est décédé le 20 mars 2020 à l’âge de 91 ans.

Né à Paris le 17 mars 1929, il est diplômé de l’Ecole de l’air de la promotion 1949. Après un stage aux États-Unis (1951-1952) où il acquiert le brevet de pilote de chasse sur P-51 Mustang; affecté  tout d’abord en surnombre à l’escadron III/10 sur P47, puis à l’escadron de chasse 2/2 Côte-d’Or du printemps 1952 au printemps 1955.

À la suite de sa victoire dans la course Paris-Cannes sur Ouragan, le 29 août 1954, il est remarqué et embauché par Marcel Dassault et devient pilote d’essai, puis chef pilote de la Société du 1er Mai 1955 au 17 mars 1989.

Il participe aux essais de tous les avions de combat de Dassault Aviation, puis de ses avions civils ainsi que de l’Atlantique 2. Il est responsable, entre autres, des programmes Étendard IV M, Mirage III V (à décollage vertical), Mirage F1, Mirage G8 (à flèche variable), Alpha Jet et Mirage 4000. Il effectue les essais de vrilles des Super Mystère B2, Étendard IV M, Mirage F1, Jaguar, Alpha Jet et Super-Étendard, ainsi que de nombreuses démonstrations en vol, en France et à l’étranger.

Il achève sa carrière comme conseiller technico-opérationnel de la Société de 1989 à 1992.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Jean-Marie Saget était moniteur de voltige depuis 1972 avec plus de 7 000 heures de vol sur Cap 10. Il était également président de l’association Cercle de Chasse de Nangis, qui vole sur Vampire, ainsi que président de l’Aéro Club Marcel Dassault Voltige.

 Il totalisait plus de 21 000 heures de vol sur près de 300 aéronefs et dérivés.

Jean-Marie Saget

Jean-Marie Saget était officier de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre national du Mérite et titulaire de la médaille de l’Aéronautique.

 Son savoir-être était à la hauteur de son savoir-faire. Il restera, chez Dassault Aviation, un exemple des qualités que le monde aéronautique requiert pour accomplir les plus grands desseins.

Passionné par l’étude de la vrille, il nous donne ici une leçon en trois actes sur Jaguar…

Si vous souhaitez prendre contact avec les Vieilles Tiges au plan national, merci d’utiliser le formulaire ci-dessous.

Dans les pages consacrées à chaque Groupement, vous aurez la possibilité de prendre contact par mail avec ledit Groupement.

LES VIEILLES TIGES D’HIER ET DE DEMAIN…

L’Association Amicale de Pionniers,
Pilotes et Amis de l’Aviation
6, rue Galilée, 75016 PARIS

Fondée le 20 Novembre 1920.

Reconnue d’utilité publique par décret du 24 août 1926

A l’origine créée pour conserver des liens entre anciens pilotes de la première guerre mondiale et venir en aide à ce qui en avaient besoin, l’Association des Vieilles Tiges a bien sûr conservé et développé ces liens humains de fraternité et de passion de l’aéronautique, mais elle a également les soucis de l’aide aux jeunes intéressés par l’aviation, et  également le devoir de mémoire.

Connaissez-vous  Mélanie Gadoulet ???

Non, bien sûr…

Et pourtant, elle vient d’être sacrée championne du monde de vol à voile.

Voici l’article publié par le Ploërmelais hier à ce propos. Heureusement que la presse locale existe. Cette nouvelle n’a pas fait la une des médias audiovisuels majeurs…

Nous, dans l’aviation, on a des femmes de valeur, Mélanie Gadoulet est la petite nouvelle, En voltige avion, Aude Lemordant ne compte plus ses titres de championne du monde, seule ou en équipe…(tiens, elles est d’ailleurs également qualifiée voltige planeur !) Et on ne peut pas dire Mélanie la championne: on est obligé de spécifier: Gadoulet ou Astles ?

Bravo les filles, et merci de faire valoir l’aviation française et ses qualités.

C’est fait ! Après dix épreuves en Australie, Mélanie Gadoulet de Ploërmel (Morbihan) vient d’être sacrée championne du monde de vol en planeur.

Mélanie Gadoulet est championne du monde de vol en planeur.
Mélanie Gadoulet est championne du monde de vol en planeur. (©Archives Le Ploërmelais)

Jacques Palueau, président des « planeurs de Brocéliande », club où s’entraîne Mélanie Gadoulet, revient sur l’exploit de sa licenciée, sacrée championne du monde de vol en planeur ce vendredi 17 janvier 2020 en Australie.

Il aura fallu dix épreuves à Mélanie Gadoulet pour être sur le toit du monde de sa discipline sportive.

Dans un contexte particulier avec les nombreux incendies qui sévissent actuellement en Australie, la Ploërmelaise a réussi à rester concentrée pour finir à la première place. En tête du classement avant la dernière épreuve, Mélanie Gadoulet n’a pas eu besoin de faire plus puisque cette dernière a été annulée, la sacrant d’office championne du monde.

« Elle rêvait de cette première place »

« Nous sommes très contents, confie Jacques Palueau. Au niveau du club, nous avons été tous derrière elle. C’est notre championne locale. »

Mais pour les membres du club, ce sacre n’est pas une surprise. « Au vu de son entraînement et de sa motivation, on ne doutait pas de sa capacité à être sur le podium. C’était son objectif. Mais je crois qu’au fond d’elle, elle rêvait de cette première place », confie le président des planeurs de Brocéliande.

Premier sacre mondial en individuel

Jacques Palueau a suivi toute la compétition à distance en se levant aux aurores.

On pouvait suivre la compétition sur internet. Je me levais entre 5 et 7 heures pour la suivre. Dans ce genre de compétition, il faut rester concentré sur chaque épreuve. Il suffit d’une seule erreur pour ne pas être sur le podium.

Alors qu’il est 22 h en Australie (12 h en France), Mélanie Gadoulet est en train de savourer ce premier sacre mondial en individuel. Elle revient même avec deux médailles parce qu’elle a également obtenu le titre de championne du monde en équipe pour la troisième fois.

Il s'agit du premier sacre mondial en individuel pour Mélanie Gadoulet.
Il s’agit du premier sacre mondial en individuel pour Mélanie Gadoulet. (©Archives Le Ploërmelais)

Jacques Palueau a pu la contacter il y a quelques heures :

Elle ne réalise pas encore complètement. Elle découvre ce qu’est être une championne et cette « célébrité ». »

À 25 ans, la performance de Mélanie Gadoulet est d’autant plus méritoire qu’elle a devancé de nombreuses championnes expérimentées . « Il y avait les meilleures pilotes du monde », indique Jacques Palueau.

Au niveau local, le président attend de nouvelles retombées. « Mélanie est une sportive de haut niveau. Elle a déjà ramené beaucoup de jeunes et de féminines au club. Sa présence a donc déjà porté ses fruits et cela devrait continuer avec ce nouveau titre. »

Il attend désormais son retour sur le territoire national pour fêter ce titre avec tous les membres du club.

Bravo encore, Mélanie, et bravo également au club qui l’entoure, à son équipe !


Les vœux du Président

Cher(e)s camarades,

Comme je l’ai rappelé à Bordeaux le 26 septembre dernier notre association ne pourra survivre que si nous arrivons collectivement à développer les adhésions de tous les sympathisants de la 3ième dimension qui partagent les mêmes valeurs de fraternité et d’entraide que nous.

En 2020, comme vous le savez, nous célébrerons le centenaire des « Vieilles Tiges » et nous rendrons ainsi hommage aux aviateurs de toutes générations qui ont contribué à écrire les plus belles pages de notre histoire aéronautique. A cette occasion, Michel Boittin, Président du Groupement René Bazin, organisera le samedi 9 mai, sur l’aérodrome d’Angers Macé, le rassemblement des pilotes du 1/2 siècle et il espère vous y retrouver nombreux. Ensuite le Groupement Pierre Pouyade est chargé de nous préparer un rassemblement festif pour notre assemblée annuelle qui aura lieu en juin pour respecter le calendrier administratif des associations loi 1901. Par ailleurs un ouvrage, en cours de finalisation, retracera les grandes heures de notre histoire aéronautique avec en parallèle de celle des « Vieilles Tiges ». Le Président Adjoint vous fera passer prochainement un bulletin de souscription.

Enfin à l’approche des fêtes permettez moi d’avoir une pensée pour ceux trop nombreux qui nous ont quitté cette année et aussi pour nos camarades de l’ALAT durement éprouvés le 25 novembre dernier lors d’une collision au Mali entre un Tigre et un Cougar qui a fait 13 morts.

En ces temps d’incertitude, où la violence a tendance à se banaliser, je présente à chacun d’entre vous et à vos proches mes vœux les plus chaleureux pour l’année 2020 en espérant vous retrouver nombreux pour notre Assemblée Générale en juin à Toulon.

Yves Riondet

De lui, Julien Carette, dans la Bête humaine aurait pu dire: « c’était un mec! »

C’était un mécanicien.

Et quel mécanicien! André PEYRONIE, volontaire en 1942 pour la nouvelle escadrille (à cette époque) « NORMANDIE » fut le mécano de l’avion de La Fièvre, ou si vous préférez, le Père Magloire.

C’était le dernier survivant de ces hommes qui ont porté les léopards d’or sur leur épaule.

Il est parti rejoindre son pilote: Marcel LEFEVRE, le 12 décembre dernier.

Les mécaniciens français sont repartis peu de temps après la mort de Lefebvre.

Tous sont maintenant rassemblés, français, russes, pilotes, mécanos, personnels de l’intendance, de la grande famille du Normandie qui devint NIEMEN pour honorer son courage.

Les discutages de coup doivent aller bon train la-haut, dans les bois de résineux et de bouleaux du paradis des aviateurs…

пусть они покоятся с миром

On voit ici André Peyronie faire connaissance avec « YAK » le chien de Régine SELOSSE qu’elle avait ainsi baptisé en pensant à lui et àses compagnons d’armes, qui a pris la photo et lui rendait fréquemment visite.

Le Groupement Pierre POUYADE à la tristesse de vous informer du décès de leur ami Philippe Botella.

Philippe était un membre fidèle et actif du Groupement  depuis de nombreuses années et il restera longtemps dans nos mémoires.

CV aéronautique de Philippe Botella

1954/1958 – Engagement dans l’armée de l’air.

Brevet de base à l’aéroclub de la Mitidja.

1955 – Breveté mécanicien d’équipage avion.

1958 -Entre à air Algérie (DC3/Nord 2501) jusqu’en 1962

1982/85 – Membre actif de « l’aéroclub du soleil » au Castellet (sécurité des vols – maintien et surveillance mécanique).

1987/1988 – Licence de pilote ULM – Licence privée d’avion qualification « Montagne ».

Rejoint l’aéroclub de « Durance – Aviation » à Aix les Milles. S’initie à la voltige.

1989 – Président fondateur de l’aéroclub « Air – Provence ».

1996 – Licence d’Hydravion.

2000 – création d’une hélistation à Ceyreste.

2001 – Président du Comité Départemental Aéronautique de la Jeunesse et des Sports  du Var.

2004 – Vice-président des aéroclubs Manosque et Vinon.

Vice-président de l’atelier régional du sud-est « A.R.A.P.A. » (avions et planeurs).

Vice-président et trésorier du syndicat mixte des usagers de Vinon.

2004 – Membre des « Vieilles Tiges » du Var.

2005 – Président des constructeurs amateurs de Vinon.

2006 – Membre des « Vieilles Racines ».

Totalise 2600 heures de vol.

Philippe était titulaire de :

– Médaille de l’Aéronautique

– Titre de Reconnaissance de la Nation

-Crix du Combattant

– Médaille du maintien de l’ordre en Algérie

– Médaille d’or de la Jeunesse et des Sports

– Médaille d’Honneur du Comité Départemental Olympique et Sportif

– Plaquette d’Honneur de la Fédération Française des Médaillés Jeunesse et Sports

Les « Vieilles Tiges » se sont joint à sa famille pour accompagner Philippe pour son dernier vol, effectué en patrouille avec son fils Eric aux commandes de l’avion familial.

Jean Garat, Michel Escalin, Norbert Savornin.

Ces noms ne vous disent peut-être pas grand chose.

C’est l’équipage de l’EC 145 « DRAGON 30 » qui a disparu il y a 2 jours en allant porter secours aux victimes des intempéries dans le VAR.

La Sécurité Civile est aussi un combat de tous les instants pour la protection des civils sur le territoire national.

Pilotes, navigants, ils sont des nôtres.

Qu’ils reposent en paix.

Les Vieilles Tiges s’associent au Chef d’état-major des Armées et à la ministre des Armées

pour rendre hommage aux 13 disparus de l’opération Barkhane, pilotes et parachutistes.

Communiqué de Florence Parly, ministre des Armées

Décès de 13 militaires de l’opération Barkhane 

J’ai appris avec une profonde tristesse que 13 militaires de l’opération Barkhane ont péri hier soir, lundi 25 novembre 2019, lors de l’accident en vol de deux hélicoptères de l’armée de Terre au Mali, au cours d’une opération de combat.

Je présente toutes mes condoléances à leurs familles, leurs proches et leurs frères d’armes. Une enquête est ouverte afin de déterminer les circonstances exactes de ce drame.

Cette terrible nouvelle endeuille nos armées, la communauté de défense et la France toute entière. Je tiens à assurer aux familles endeuillées que l’institution militaire est à leurs côtés dans cette épreuve.

Je rends hommage, en mon nom et en celui du ministère des Armées, à ces 13 militaires morts pour la France :

Le capitaine Nicolas MÉGARD, du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau

Le capitaine Benjamin GIREUD du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau

Le capitaine Clément FRISONROCHE du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau

Le lieutenant Alex MORISSE du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau

Le lieutenant Pierre BOCKEL du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau

L’adjudant-chef Julien CARETTE du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau

Le brigadier-chef Romain SALLES DE SAINT PAUL du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau

Le capitaine Romain CHOMEL DE JARNIEU du 4e Régiment de chasseurs de Gap

Le maréchal des logis-chef Alexandre PROTIN du 4e Régiment de chasseurs de Gap

Le maréchal des logis Antoine SERRE du 4e Régiment de chasseurs de Gap

Le maréchal des logis Valentin DUVAL du 4e Régiment de chasseurs de Gap

Le maréchal des logis-chef Jérémy LEUSIE du 93e Régiment d’artillerie de montagne de Varces

Le sergent-chef Andreï JOUK du 2e Régiment étranger de génie de Saint-Christol

La Nation s’incline devant leur courage et leur engagement.

Jean-Pierre PIA nous a quitté

Lieutenant de Vaisseau(H) — Pilote de l’ Aéronavale
Pionnier des Vieilles Tiges depuis 2006.

— Il est né le 19 Juillet 1935 à Rethel dans les Ardennes.

Entré dans la Marine comme Matelot, il deviendra Pilote en 1957, Moniteur en 1960,
successivement sur SO30P à la 31S, Lancaster à la 4S et SO95 comme instructeur VSV.
Instructeur en 1961 sur Fouga SMEA à Orange.

En 1964 il pilotera du Nord1000 au P2V6, P2V7 Neptune; C47, N262, MD312, MS Paris
et enfin Commandant sur Bréguet Atlantic à la 21F de Nîmes Garons.

Carrière de 9500 heures de vol dont 4200 à la Sécurité Civile comme Chef de bord:
sur  Canadair-215,  Douglas DC-6, Beech 90 et 200
puis Chef pilote secteur Fokker 27.

Il est titulaire de la Médaille Militaire AFN, de la Médaille de l’Aéronautique et chevalier de l’Ordre National du Mérite. —

Ses obsèques auront lieu en l’Église Saint-Benoît
                                               mardi 12 Novembre à 9 h 15
Rue de Bretagne  13300 — Salon-de-Provence

Les Vieilles Tiges et particulièrement le Groupement Marc AMBROGI présente à Madame PIA ainsi qu’à sa famille, ses plus sincères condoléances.

L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE des Vieilles Tiges a eu lieu a Bordeaux, le 26 Septembre dernier.

Nous reviendrons plus longuement sur l’accueil particulièrement chaleureux que nous a réservé le groupement Léon Bathiat, mais voici le rapport moral du président Yves RIONDET:

Rapport Moral du Président AG Bordeaux 26/09/2019

Il y a un an, lorsque j’ai été élu je n’avais pas pu faire un état des lieux et j’imaginais la fragilité de l’association et l’énergie qu’il fallait déployer pour tenter d’initier un renouveau salvateur. J’aurais d’ailleurs pu reprendre la plupart des billets de Roger Routin ou de Pierre Déprez qui tiraient la sonnette d’alarme sur la plupart des sujets qui nous préoccupent encore aujourd’hui. Certes, nous n’avons plus les charges financières du siège social et du secrétariat, mais celle de travail administratif qui a été en grande partie transférée aux membres du bureau et à quelques trop rares bonnes volontés, est très lourde à porter et particulièrement chronophage.

Comme mes prédécesseurs, je rappelle les points à travailler : dynamiser la vie des groupements régionaux en multipliant les contacts, se tourner vers les aéroclubs et les professionnels de l’aviation et désigner également un correspondant par groupement pour alimenter le site internet afin de rendre compte de nos activités. Aujourd’hui il est clair que beaucoup d’associations disparaissent faute de renouvellement de ses membres et même si la nôtre fêtera l’an prochain son centenaire dois-je rappeler que l’augmentation du nombre de nos adhérents est indispensable pour assurer d’une part sa pérennité et d’autre part légitimer notre action orientée naturellement, comme vous le savez, vers le souvenir de nos anciens, navigants civils et militaires, mais aussi en direction de tous les sympathisants de l’aéronautique au sens large. Cela doit rester notre objectif prioritaire avec celui d’inviter ceux qui appartiennent déjà à notre association à s’acquitter de leur cotisation annuelle qui, après déduction fiscale, ne coûte que 17 €. J’ai aussi adressé aux membres du CD et aux Présidents de groupement une petite fiche de présentation des VT accompagnée d’un argumentaire sur lequel vous pouvez vous appuyer pour diffuser la bonne parole. Plusieurs revues ont par ailleurs publié, l’article ou l’interview selon le cas, que j’avais préparé pour nous faire mieux connaître mais le recrutement ou la cooptation est avant tout l’affaire de tous. Chacun à un rôle à jouer et aujourd’hui d’ailleurs la procédure d’admission est simplifiée puisqu’il suffit aux présidents de groupement d’adresser à la commission d’admission (Président, Président Adjoint et SG) les dossiers des candidats parrainés. Dès validation des dossiers par la commission ceux ci peuvent être enregistrés dans VT scope et les noms des admis figurent dans le C/R du CD suivant ainsi que dans la lettre « Pionniers » pour laquelle je serai d’ailleurs très heureux de recueillir vos observations et surtout vos contributions futures.

Concernant l’année 2018, comme vous le savez, nous avons eu à déplorer, outre le décès de notre Président, celui de plusieurs de nos camarades à qui nous avons déjà rendu hommage lors des AG du 29 septembre à Angers et du 7 novembre à Lyon.

J’en profite au passage pour remercier le Général Yvon Goutx d’avoir assurer la présidence des VT par intérim durant 6 mois et d’avoir accepté ensuite de rester auprès de moi comme conseiller et de s’occuper de la préparation du travail de chancellerie pour l’attribution de la MAE. L’année 2019 a vu encore disparaître plusieurs grandes figures de l’aéronautique au sein de différents groupements.

J’en viens maintenant à l’activité du siège en 2018 : il y a eu 6 comités directeur qui ont abordé différents points ayant trait à la vie de l’association et en 1er lieu la relance de « Pionniers » sous forme électronique et la restructuration de notre site internet.

D’autres sujets ont trouvé des solutions et je pense à l’organisation de la vente des porcelaines qui est désormais confiée officiellement au couple Cassagne, à la confection des médailles des 30 et 50 ans de brevet (merci Hubert) et à la modification du RI pour l’adapter à la situation actuelle de notre association. Sur ce dernier point je tiens à préciser que ce RI a été approuvé lors de l’AGE du 7 novembre 2018 par 65 voix pour et 6 contre. Concernant les médailles jusqu’à présent il était prévu que le siège facture aux groupements le coût de la médaille, la gravure et l’expédition. Il a été décidé d’offrir gracieusement les médailles aux adhérents remplissant les conditions mais la gravure reste à la charge des groupements ainsi que les frais d’envoi.

Pour mémoire en 2018, comme je viens de l’évoquer, j’ai dû aussi convoquer un CD et une AGE à Lyon le 7 novembre car nous n’avions pas formellement approuvé lors de l’AG du 29 septembre le montant des cotisations 2019 avec la répartition siège / groupement et Marc Servant, gardien des statuts, en a profité pour reformuler, à la demande de l’un d’entre vous, l’article 17 du RI auquel j’ai fait annexer une charte de bonne conduite et d’éthique. Au cours de cette AGE le PV de l’AG du 29/11/2018 ayant été adopté à l’unanimité des présents et représentés il n’y aura pas lieu de revoter sur ce point.

Enfin, faute d’anticipation liée aux circonstances particulières de l’année passée, nous n’avons pu en 2018 être présents en novembre à l’Arc de Triomphe car aucun groupement n’avait été désigné en temps voulu pour cette cérémonie traditionnelle mais nous avons versé notre cotisation au Comité de la Flamme.

Concernant les médailles de l’Aéronautique en 2018 nous avons eu 8 médaillés :

1er décret juillet 2018 : BAEZA André (Léon Bathiat)  ; CARLIN Louis (Marin-la-Meslée) ; CHIRON Gisèle (René Bazin) et DESPUJOLS Paul  (Pierre Pouyade) ; MULLER Alfred (Léon Bathiat)

2ème décret 2018 :  BELLO Michel (Marin la Meslée)  ; PACQUELET Guy (St-Exupéry de LYON) et  Jean DELEAU (Pouyade)
Au décret du 14 juillet 2019 nous avons eu 3 médaillés : Hubert CHALLE (Pouyade) à qui j’ai remis cette distinction le 13 septembre dernier à Toulon, Michel GUYOTTE (Saint Ex) et Pierre JACQUET (Léon Bathiat)

Pour ce qui concerne l’année 2019 notre Secrétaire Générale Mme Maguy Demarez a démissionné en début d’année et je tiens à la remercier publiquement pour le travail qu’elle a effectué au profit de l’association durant près de 4 années. Elle a été remplacée par Jean Pierre Viallet dont la candidature a été validée par le CD du 14 mars à Paris et son CV figurait dans la dernière lettre de « Pionniers » qui a du vous être retransmise par votre président de groupement. Vous devrez approuver formellement la cooptation et je lui souhaite bon courage pour tenir ce poste délicat mais j’ai déjà pu apprécier sa réactivité et son bon sens, 2 qualités indispensables à la tenue du secrétariat général dont j’ai redéfini les attributions. Notre comité directeur s’est aussi enrichi de 2 nouveaux Présidents de groupement de grande qualité : Gérard Fohlen-Weill (avocat et colonel honoraire de l’AA) pour « Cuffaut » et Christian Sinet pour « Collot ». Vous aurez également tout à l’heure l’occasion d’approuver leur candidature. Paul Bomel, qui a été la cheville ouvrière de la création de ce groupement, a décidé de se retirer du CD mais je voudrais ici saluer son implication pour les VT depuis octobre 2000. Breveté pilote planeur et avion sur Stampe en 1956 il s’est engagé dans l’Armée de l’Air. Après sa formation à Aulnat en mars 1957 et à l’issue de l’obtention de son brevet hélico en juillet 1958 il a été envoyé en AFN où il a réalisé de nombreuses missions opérationnelles sur H34 ce qui lui a valu l’attribution de la croix de la valeur militaire. Pilote instructeur depuis 1988 il est membre de plusieurs aéroclubs et il totalise 11000 HDV. Belle carrière couronnée par l’attribution de l’ONM et de la Médaille de l’Aéronautique. Merci Paul pour ton engagement à nos côtés.

Dans le domaine du souvenir les différents groupements des VT ont été associés à diverses manifestations mémorielles soit de leur propre initiative ou en partenariat avec d’autres structures. Pour 2019 j’ai proposé à Gérard Fohlen-Weill de prendre en charge avec les membres de Léon Cuffaut l’organisation du ravivage de la Flamme auquel seront conviés également les membres du CD et bien entendu tous nos camarades présents à Paris.

Notre jury du Prix du livre aéronautique VT & VR a choisi comme lauréat parmi les 10 ouvrages présentés M Damien Accoulon pour son livre « René FONCK »Editions PRIVAT (Ce prix lui a été remis le 18/04/19 en fin de journée au Salon des membres de l’Aéroclub de France). Toutefois en raison de la multiplicité des prix, le Comité Directeur, sur proposition du Vice Président des VT et Président des VR, Michel Armbruster, a décidé que les Vieilles Tiges et VR ne seraient désormais partenaire que du prix Guynemer (résolution adoptée à l’unanimité). De plus cette manifestation qui nous coûtait fort cher avait malheureusement un écho très limité.

Nous avons également participé à la dernière vente d’entraide des Ailes Brisées car l’organisation très lourde de cet évènement et le respect strict des normes de sécurité ont conduit les organisateurs a abandonné le format de cette manifestation.

Concernant 2020 vous connaissez déjà les dispositions qui ont été arrêtées dans le cadre de notre centenaire, savoir rassemblement des pilotes du 1/2 siècle au printemps à Angers sous la direction de Michel Boittin, publication d’un ouvrage resituant les VT dans le contexte de l’aviation naissante et ses évolutions, une assemblée générale à TOULON au cours du mois de JUIN, avec visites culturelles et une grande manifestation à l’Arc de Triomphe en novembre suivie d’un dîner de gala auquel devrait participer en principe le CEMAA. J’avais également émis le souhait que chaque groupement prépare un évènement dans son fief pour mieux faire connaître notre association qui, comme j’ai pu le constater, a un réel déficit de notoriété aujourd’hui. Chacun d’entre vous doit être un ambassadeur des VT et se sentir concerné par son avenir si nous ne voulons pas à brève échéance être protégé par Greenpeace mais je suis convaincu que nous pouvons encore relever le défi et j’en veux pour preuve la fructueuse campagne de recrutement lancée par les groupements « Léon Bathiat » et « Saint Exupéry » sans parler de la création du groupement grenoblois. J’aime à rappeler que la plupart de nos membres bénévoles sont toujours aussi passionnés, qu’ils ont conservé l’esprit de nos pères fondateurs et qu’ils perpétuent les causes qui nous sont chères, savoir faire vivre la mémoire de nos anciens, diffuser la culture aéronautique, développer les liens de camaraderie et de solidarité tout en essayant d’attirer quelques jeunes via l’attribution de bourse mais désormais il faut que chacun se pose la question de savoir quel investissement il est prêt à faire pour assurer notre survie dans les années à venir.

Abordons maintenant le problème des finances. Les comptes de notre association ont été arrêtés lors de notre dernier CD du 13 juin à Grenoble ainsi que la prévision pour 2020 qui est approximative d’une part en raison du nombre d’adhérents qu’il n’est pas toujours facile d’anticiper, du coût d’impression de l’ouvrage en préparation, du lieu retenu pour notre gala et du nombre effectif de participants à celui ci. Le rapport du budget de notre association élaboré par Christiane Mazuc est une image de nos différents bilans et je voudrais ici souligner publiquement sa totale implication car c’est un gros travail qu’elle fait avec dévouement et d’une manière très professionnelle. Je sais que certains trésoriers ont parfois du mal à répondre à ses demandes mais elle a mon soutien total car une association reconnue d’utilité publique se doit d’être particulièrement rigoureuse. Merci Christiane pour la gestion prudente de nos faibles ressources et pour l’ensemble de votre travail et j’en profite pour rappeler au passage que je devrais normalement avoir la signature sur les comptes des groupements régionaux en particulier pour pouvoir récupérer les fonds disponibles en cas de dissolution ou de fusion.

Ceci conclut mon rapport moral que je vous demande de bien vouloir approuver et je vous remercie de votre attention.

BA 701 Salon de Provence  » Première des Ambassadeurs »

Mardi 7 mai après midi le Président, son Conseiller et le Président Adjoint des Vieilles Tiges ont assisté à la première des Ambassadeurs des l’Armée de l’Air à Salon de Provence. Ces présentations marquent la fin de la saison d’entrainement hivernal et sont validées chaque année par le CEMAA. C’est donc officiellement que le Général d’Armée Aérienne Philippe Lavigne a donné son feu vert aux présentations des équipes qui se produiront lors de la saison des meetings 2019 débutant par Muret. Avant de découvrir le nouveau programme de la PAF dont le leader est le Commandant Clément (Charognard 2018) les invités ont pu apprécier les démonstrations de l’équipe des parachutistes, de l’équipe de voltige (EVAA), de l’Alphajet et du Rafale solo display ainsi que de l’A400M Tactical Display. Un spectacle qui n’a pas failli à la tradition et a démontré les qualités d’excellence de toutes ces équipes.

Un membre des Vieilles Tiges du Groupement Marc Ambrogi à l’honneur le 16 avril 2019

Gérard De Philip a été décoré par son ami, le Général d’Armée (2s) Michel Guignon des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur le 16 avril dernier dans une salle de l’office du tourisme de Carry le Rouet.


Cette distinction venait récompenser son passé militaire en Algérie et l’engagement de toute une vie au service de l’aéronautique.
En écoutant le discours du Général Guignon nous avons pu nous rappeler que notre camarade Gérard avait un riche passé de pilote militaire notamment en Algérie où en 1958 alors appelé il s’était porté volontaire pour servir en qualité de pilote. Une fois qualifié sur T6 au Maroc il rejoint une escadrille de Sétif au sein de laquelle il effectuera 159 missions de guerre récompensées par l’attribution de la Croix de la Valeur Militaire avec citation à l’ordre de la Division Aérienne. Affecté ensuite à Bône à l’escadron 3/9 sur T28 il effectuera encore une centaine de missions de guerre et le 30 novembre 1960 lors d’un accrochage il se posera en urgence suite aux impacts de mitrailleuse sur son appareil.
En avril 1961 de retour à la vie civile après 2 ans et demi de services en AFN et 261 missions de guerre le sergent Gérard de Philip se voit attribuer la médaille Militaire. Il effectuera alors une brillante carrière d’instructeur au centre de formation des élèves pilotes de Saint Yan au sein duquel il servira durant plus de 37 années et nombre de pilotes de ligne se souviennent de lui encore aujourd’hui..
A son départ en retraite en 1999 il totalisait 11500 HDV et il se verra attribuer pour sa brillante carrière la Médaille de l’Aéronautique ainsi que la croix de Chevalier de l’Ordre National du Mérite.
Avec sa nomination dans l’ordre de la Légion d’Honneur, Gérard de Philip est aujourd’hui un des rares membres des « Vieilles Tiges » titulaire des 3 ordres nationaux et je me permets de le féliciter chaleureusement pour cette distinction qui est venue couronner à la fois un engagement au service de notre pays mais aussi de belles qualités humaines.

Général (2s) Yves Riondet (Président des Vieilles Tiges)

Concorde et A380 : 2 succès technologiques mais 2 échecs commerciaux

Concorde fut d’abord le fruit d’un accord gouvernemental franco-britannique signé le  29 novembre 1962 entre British Aircraft Corporation (BAC) et Sud Aviation.
Le Concorde 001, dont l’assemblage débuta à Toulouse en avril 1966, avait été présenté officiellement le 11 décembre 1967 et le premier vol d’essai avec André Turcat et Jacques Guignard eut lieu le 2 mars 1969. La mise en service intervint le 21 janvier 1976 et le retrait le 26 novembre 2003.
Ses caractéristiques techniques (longueur 61 m, envergure 25,60 m, hauteur 12 m, masse à vide 79 T, masse au D/L 185 T, CDV analogiques, propulsion par 4 turboréacteurs Rolls-Royce/Snecma Olympus 593Mk, poussée totale 677 kN, capacité 100 passagers et 4.35 T de fret, vitesse croisière M2, autonomie 6200 km, altitude de croisière moyenne 50000 pieds) ont fait de cet avion, qui reliait Paris à New York en 3h30, une très belle réussite technologique et une fierté nationale des 2 côtés de la Manche à défaut d’avoir rencontré le succès commercial.
Le crash, le 25 juillet 2000, deux minutes après le décollage de Roissy  du F-BTSC (vol AF 4590 à destination de New York) sur un hôtel de Gonesse, a provoqué la mort de 113 personnes. L’accident, imputé à une lame métallique d’un  DC-10 de la Continental Airlines tombée sur la piste, a entrainé l’éclatement d’un pneu, lequel aurait provoqué une fuite de carburant importante et une perte de puissance du moteur n°2. L’enquête a révélé d’autres facteurs de faiblesse du Concorde et conduit à plusieurs modifications (contrôles électriques améliorés, protection anti-perforation des réservoirs de carburant, montage de pneus plus résistants) avant la reprise des vols en novembre 2001.
Après l’accident Concorde a connu divers incidents (problèmes moteur, perte d’une gouverne …) d’où l’annonce en avril 2003 par British Airways et Air France de son retrait du service en raison de la baisse du nombre de passagers, des nouvelles normes anti pollution et du coût élevé de maintenance mais aussi en raison de la décision d’EADS de ne plus assurer l’entretien du supersonique à partir d’octobre 2003.
Seuls 20 exemplaires ont été construits jusqu’en 1979 (dont 2 proto, 2 préséries, 2 premiers de série non commercialisé) car à partir de 1973 une combinaison de facteurs (choc pétrolier, problèmes environnements, opposition américaine ..) causa l’annulation des commandes en option et au final  Air France et British Airways sont restés les seuls acquéreurs de l’avion.
Les derniers vols commerciaux d’Air France atterrissent à Roissy le 31 mai 2003 mais c’est le 3 juin que le F-BVFB effectua la dernière liaison New York – Paris CDG pour un vol VIP. Les derniers vols de convoyage ont eut lieu le 12 juin 2003 pour le F-BVFA à destination du Smithsonian Museum de Washington, le 14 juin pour le F-BTSD vers le Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget et le 24 juin pour le F-BVFB à destination de Karlsruhe-Baden avant de rejoindre par voie fluviale puis terrestre le musée automobile de Sinsheim. Enfin le 27 juin le F-BVFC effectua le dernier vol français entre Paris et Toulouse pour être exposé au musée Aeroscopia à coté du Concorde n°1 de série. La France a conservé 6 Concorde dont le F-BVFF à Roissy, le prototype 001 au musée de l’Air du Bourget et le présérie 01 à Orly (musée Delta Athis Paray Aviation)
Quant au dernier vol commercial de British Airways il a décollé de la Barbade le 30 août 2003 et après une semaine de vols de démonstration en octobre au départ d’Heathrow, la Cie le retire officiellement le 24 octobre. Le G-BOAF n°216, dernier Concorde  construit, fit son dernier vol  le 26 novembre au départ d’Heathrow avec des membres d’équipage de British Airways, avant d’atterrir à Filton pour rejoindre le Bristol Aviation Heritage Museum. Le prototype 002 qui avait effectué son premier vol le 9 avril 1969 à Filton est exposé au Fleet Air Museum  à l’aéroport de Yeovilton depuis mars 1976 et le présérie G-AXDN (101) est lui installé depuis août 1977 au sein du musée aéronautique de Duxford.

L’A380
Le programme Airbus A3XX , initié en 1996 par Jean Pierson sera finalement lancé en décembre 2000 suite à l’affirmation de la rentabilité du projet par la division « très gros porteur ». La présentation officielle de l’A380 eut lieu le 18 janvier 2005 à Toulouse, le premier vol le 27 avril avec Jacques Rosay aux commandes et la présentation au grand public au Salon du Bourget en juin.
Les caractéristiques techniques de ce très gros porteur long-courrier  à double pont sont les suivantes : envergure 80 m, longueur 72 m, hauteur 24 m vitesse de croisière Mach 0,85, carburant emporté 325 000 litres, rayon d’action 15 400 km, propulsion par 4 turboréacteurs Rolls-Royce Trent 900 ou Engine Alliance GP7200, capacité en passagers 575 à 850 selon aménagements, poids maximal 560 T au décollage  et à 391 T à l’atterrissage. Les principaux éléments de l’A380 sont fabriqués en France, en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni et l’assemblage final est réalisé sur le site de Toulouse. A noter que le premier vol commercial fut réalisé le 25 octobre 2007 par Singapore Airlines et que Qantas effectue depuis septembre 2014 le plus long vol commercial (13800 km) entre Sydney et Dallas-Fort-Worth.
Le coût total de développement de l’A380 s’est élevé à 8 milliards d’€ et pour rentabiliser ce programme il aurait fallu vendre environ 420 appareils. Or depuis 2001 Airbus n’avait engrangé que 320 commandes dont seulement 17 appareils sur les 5 dernières années. Aucun nouveau client n’ayant acheté ce gros porteur à partir de 2015 et après la décision d’AF de convertir ses 2 dernières commandes d’A380 en 3 A350-900 puis celle d’Emirates, principal client, d’annuler en 2019 l’achat de 39 appareils pour les remplacer par 40 A350, Airbus a annoncé le 14 février la fin de la production de l’A380 pour 2021. Les raisons de cet abandon sont diverses (pas de commandes des compagnies aériennes US, échec d’une stratégie en faveur d’un très gros porteur dont la masse et la consommation sont assez élevées) et le PDG d’Airbus, Fabrice Brégier, avait lui même estimé que l’A380 avait « été lancé trop tôt, peut-être dix ans avant l’heure ».

Yves RIONDET, Président National des Vieilles Tiges

Les Vieilles Tiges partagent la douleur des familles des deux aviateurs tombés Mercredi 9 Janvier 2019 et leur présentent leurs condoléances.

Communiqué de presse du Chef d’état-major de l’Armée de l’air

Le chef d’état-major de l’Armée de l’air, le général d’armée aérienne Philippe Lavigne, et tous les aviateurs ont la tristesse d’annoncer le décès de l’équipage du Mirage 2000D, recherché depuis hier dans le Jura.

Il exprime sa très forte émotion et ses plus sincères condoléances aux familles et aux proches du Capitaine Baptiste CHIRIÉ et de la Lieutenant Audrey MICHELON, morts en service aérien commandé. 

Breveté pilote de chasse, le Capitaine Baptiste CHIRIÉ détenait la qualification de pilote de combat opérationnel. Il totalisait 24 missions de guerre et 940 heures de vol.

Brevetée Navigateur Officier Systèmes d’Armes, la Lieutenant Audrey MICHELON détenait la qualification de sous-chef navigatrice. Elle totalisait 97 missions de guerre et 1250 heures de vol. 

Comme la ministre, le chef d’état-major de l’Armée de l’air se rendra dès demain sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey pour être aux côtés des familles, des aviateurs de la base aérienne et pour leur manifester toute la solidarité de l’Armée de l’air. 

Il adresse ses remerciements à l’ensemble des personnels engagés depuis hier dans les opérations de recherche de l’aéronef et de son équipage.

Qu’ils reposent en paix

La base de NANCY-OCHEY avait déjà  perdu 9 de ses personnels en 2015 lors de la tragédie d’ALBACETE, en Espagne.

L’Assemblée Générale Annuelle a eu lieu samedi 29 Septembre 2018 à  l’Espace Air Passion sur l’aéroport d’Angers -Marcé.

Avant de détailler la journée, sachez qu’un nouveau président a été élu.

Il s’agit du Général de Brigade aérienne (2s) Yves RIONDET.

Bravo mon général, bravo Yves !

Dans un premier temps, voici le petit mot qu’il vous adresse à tous.

Chers Camarades,

Tout d’abord merci pour la confiance que vous m’avez témoignée en me plaçant à la tête des Vieilles Tiges et j’espère que je saurai m’en montrer digne. Je souhaiterais aussi rendre hommage à mes 8 prédécesseurs et en particulier à Pierre Déprez qui a été pendant 8 ans un Président très apprécié par notre communauté. Il convient aujourd’hui de poursuivre leur action pour faire vivre cette vénérable institution bientôt centenaire puisque fondée en 1920 et reconnue d’utilité publique le 24 août 1926. Elle avait été créée à l’origine pour conserver des liens entre les pionniers et les anciens pilotes de la première guerre mondiale mais également pour venir en aide à ceux qui en avaient besoin. Notre Association a bien sûr conservé et développé ces liens humains de fraternité et de passion entre les membres de l’aéronautique militaire et civile, commerciale ou de loisirs mais elle doit aussi encourager les jeunes passionnés d’aviation comme Anne Labbé, gagnante du Tour de France aérien, primée par le Groupement Léon Bathiat. Nous avons surtout un devoir de mémoire et c’est la raison pour laquelle j’ai souhaité que notre nouveau Président adjoint, Hubert Challe, soit également Délégué au Patrimoine.

Aujourd’hui notre challenge consiste toujours à rendre notre association toujours plus vivante en proposant des activités qui continueront de créer du lien entre nous et je souhaite que toutes les bonnes volontés se joignent au bureau et au comité pour nous aider dans notre tache.

Enfin n’oubliez pas de soutenir les Vieilles Tiges en renouvelant votre adhésion et en faisant adhérer tous les sympathisants de l’Aéronautique de votre région.

Pour les photos de l’Assemblée Générale cliquez sur le logo de l’Espace Air Passion qui nous a reçu:

Cliquer ici pour ajouter votre propre texte

© Copyright - LES VIEILLES TIGES D'HIER ET DE DEMAIN